Reflets des jours mauves, de Gérald Tenenbaum

Publié le par Emmanuelle Caminade

Reflets des jours mauves, de Gérald Tenenbaum
Gérald Tenenbaum est mathématicien et romancier et son œuvre romanesque, marquée par le poids du passé, de la disparition, s'intéresse aux trajectoires des hommes comme aux traces laissées par leur passage, creusant de multiples manières les notions de destin et de hasard. Toujours fasciné par le mystère du vivant, par les variations et les chemins de traverse, et animé par un même besoin de sens, de cohérence, l'auteur cherche l'harmonie englobant dans un plan d'ensemble toutes ces dissonances au sein de la vaste symphonie d'un univers qui nous dépasse. Explorant sans cesse notre rapport au monde, il tente de réconcilier la froide logique du destin et la liberté offerte par ce hasard ouvrant le champ des possibles.
S'insérant dans le prolongement de son précédent roman Les Harmoniques, dont il semble constituer une sorte de volet plus sombre, Reflets des jours mauves met ainsi en scène le mouvement de nos vies et de nos rencontres dans son infinie complexité, et avec cette tonalité mémorielle mélancolique donnée par le manque et l'absence. C'est une histoire imprégnée de «la tristesse de tout ce qui n'est pas advenu» dont le héros, incapable de saisir l'occasion quand elle se présente, semble s'être avéré l'homme des mauvais choix.

 

 
Une réception privée est donnée dans un établissement au cœur du jardin du Luxembourg en l'honneur de Michel Lazare qui, après une brillante carrière consacrée au génome, à la «fatalité héréditaire», et à l'épigénétique prend sa retraite. Venu solliciter un entretien, Ethan Desnoyers, jeune journaliste «ayant pour projet d'étude les vieilles croyances, voire la Kabbale» et les «rapports étranges que toutes ces traditions entretiennent avec le hasard» y aborde le professeur.
D'emblée semblent se tisser entre eux certaines affinités et les deux hommes poursuivront leur conversation tard dans la nuit, dans la salle d'un bar proche du quartier Mouffetard où trône une table de billard. Dans ce refuge habituel, le généticien qui «porte en silence depuis si longtemps» un passé encore vibrant, stimulé par la présence de quatre clients inconnus venus se joindre à eux, se laisse emporter par le ressac de l'océan. Cédant «à la pulsion de se livrer et de se délivrer, pieds et poings, sans fard et sans orgueil», il plonge dans ses souvenirs au cours d'une longue confession lancée comme «une bouteille à la mer» qui les tient tous éveillés jusqu'au petit matin.
Il raconte ainsi comment ses recherches sur la transmission du patrimoine génétique ont été bouleversées par sa rencontre amoureuse avec la belle Rachel aux «prunelles améthyste», jeune photographe figeant l'instant comme pour «suspendre le temps» et ayant intégré son programme d'étude une trentaine d'années auparavant, dans l'espoir de «retrouver les siens à travers les gènes qu'ils lui ont laissés», de renouer avec ses fantômes. Comment, en voulant contrer la mort et «forcer les portes de l'avenir», il a laissé échapper l'amour et la vie en sacrifiant les joies du présent.

 

 

Raconté à la troisième personne, ce qui permet au narrateur de passer notamment parfois du point de vue de Lazare à celui d'Ethan, cette longue confession s'apparente plus à un récit. Un récit rétrospectif entrecoupé de plusieurs intermèdes lui redonnant de l'élan en ramenant le lecteur à la situation présente pour respirer.

Gérald Tenenbaum se montre toujours un fin observateur du langage des corps, comme de la nature au sein des villes - donnant à la description de cette dernière un tour expressionniste reflétant des états d'âme. Et on retrouve ses qualités d'écriture, son goût pour les formules et les aphorismes et, surtout, cette manière de tisser de multiples résonances en jouant sur les symboles (billard, oiseaux devins...) et filant de nombreuses métaphores (notamment maritime et musicale …). Il tente ainsi de donner à son texte «la texture du temps» avec tous ses reflets renvoyés par son miroir, et de nous faire entendre «l'imperceptible mélodie» des sphères. Car «l'écho du verbe et la résonance de la phrase tissent le sens au-delà des mots», permettant d'entendre «ce qui vibre».

Mêlant l'imaginaire et la rigueur de la science, Reflets des jours mauves vient éclairer en contre-point les thématiques brassées par l'évolution récente de la génétique - en lien avec les fluctuations de l'environnement. Une évolution qui apporte un certain doute sur «les certitudes lues dans l'ADN», chaque ADN engendrant une mélodie spécifique avec «thème et variations», et ce faisant, il sonne le glas des nouveaux prophètes qu'étaient les généticiens.
Mais cette initiation scientifique passionnante du profane, menée certes de manière très pédagogique, rompt un peu l'équilibre entre roman et science, au détriment du souffle romanesque.

 

 

 

 

 

 

 

Reflets des jours mauves, Gérald Tenenbaum, éditions Héloïse d'Ormesson, octobre 2019, 208 p.

 

A propos de l'auteur :

https://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9rald_Tenenbaum

 

EXTRAIT :

 

On peut lire les 20 premières pages : ICI

 

Publié dans Fiction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Belle analyse d'un roman qui m'a également beaucoup touché ! Après son dernier livre, "Les Harmoniques", Gerald Tenenbaum signe ici un autre roman qui évoque la figure (peu traitée en littérature) du "scientifique amoureux" et des tiraillements qui peuvent exister entre la quête d'un absolu ou d'une certaine vérité, et la réalité, le hasard et l'inconnu des relations humaines. Il m'a semblé que c'était dans cette rencontre que l'intrigue puise son souffle romanesque et qu'il trouve son équilibre. En tout cas, c'est comme toujours un roman à multiples niveaux de lecture, qui régale le lecteur assidu!
Répondre
P
Je viens de terminer la lecture de "reflets des jours mauves", et je reste sous le charme de Rachel, et je partage la quête de Lazare et la retenue d'Ethan.
J'ai retrouvé dans ce roman l'essentiel du travail d'écriture qu'a entrepris Gérald Tenenbaum depuis le début de ce siècle. Ce savant mélange d'érudition et de mise en scène du quotidien, cette manière personnelle de décrire un personnage ou un événement à la manière d'un plan séquence, cette approche quasi cinématographique qui projette le récit et le rend visible, palpable. Ces références musicales singulières qui rythment le texte et qui prennent le lecteur au corps et au coeur.
Pour moi, au delà du fil narratif et du creuset dans lequel Gérald Tenenbaum puise son inspiration, cela représente sa véritable signature.
Répondre