"Le choeur des enfants khmers", de Loïc Barrière

Publié le par Emmanuelle Caminade


Le choeur des enfants khmers de Loïc Barrière est le récit du voyage au Cambodge de trois jeunes Khmers élevés en France, à la recherche d'un passé qui leur a été totalement ou en partie occulté.

Ce roman aborde de manière apaisée l'horreur du génocide perpétré par les Khmers rouges entre 1975 et 1979.

L'auteur semble en effet désireux de ne pas heurter ceux qui ont survécu au massacre et réussi à se reconstruire au prix de ce silence si pesant pour leurs enfants. La description de la beauté des paysages, l'évocation des coutumes ancestrales et de la douceur souriante des Cambodgiens lui permettent de «diluer» le récit des atrocités subies et de rendre la vérité plus audible.

Loïc Barrière présente ainsi une version surprenante pour un occidental ne connaissant pas l'Asie, sereine, mais non expurgée, car il n'élude rien. Il aborde avec tact la complexité des faits, notamment cette tendance à la résignation, inscrite dans les mentalités, qui a fait supporter l'horreur en silence. Il évoque par ailleurs les maux actuels du Cambodge qui frappent la société toute entière (corruption, esclavage domestique, prostitution enfantine ...) en mettant en lumière la persistance de cette passivité au sein-même de la nouvelle génération. Et le voyage initiatique de ces trois jeunes gens débouche ainsi sur une silencieuse et effrayante acceptation de l'impuissance.

Loïc Barrrière affiche ainsi un profond pessimisme sur l'avenir du Cambodge et offre à ses enfants khmers un modèle bien négatif pour se construire, en leur ôtant toute espérance.

 

 

 

 

Le choeur des enfants khmers, Loïc Barrière, éditions du Seuil, 2008

Pour consulter le dossier de presse de l'écrivain Loïc Barrière, auteur du "Voyage clandestin" et de "Quelques mots d'arabe", romans publiés également aux éditions du Seuil : link

 

Publié dans Fiction

Commenter cet article

Emmanuelle Caminade 15/10/2008 17:34

Oter l'espérance quant à l'avenir d'un peuple où d'un pays n'était pas l'ambition de l'auteur, c'est moi qui ai ressenti ce livre comme très pessimiste (mais je ne connais ni le Cambodge, ni l'Asie).
Son livre ne cherche qu'à montrer la réalité du Cambodge, sous tous ses aspects.
Si Loïc Barrière se montre pessimiste c'est que les Cambodgiens de France, le gouvernement Cambodgien et la majeure partie de la population restent passifs.
Seuls quelques individus isolés ont le courage d'affronter les maux du Cambodge.
Pour l'auteur, cette passivité est la conséquence directe du génocide et du fait que les crimes sont restés impunis.
Le pays est déstructuré et il pense qu'il faudra des années pour le reconstruire.

Je ne saurais que vous conseiller la lecture de ce livre.

Géraldine 15/10/2008 14:59

Ce livre aurait pu m'intéresser. En effet, je suis allée en voyage au cambodge, j'ai visité le musée S21 (de la torture). Mais le fait que l'auteur puisse donner un avis très pessimiste sur ce pays auprès de ces jeunes, en ôtant toute espérance... ne me donne pas envie de le lire. je trouve ça très dure, d'ôter l'espérance quant à l'avenir d'un peuple ou d'un pays.