"A notti aspetta / La nuit attend", chronique d'une partielle non rencontre

Publié le par Emmanuelle Caminade

  A-notti-aspetta.jpg


Livre après livre, Norbert Paganelli trace modestement et patiemment sa route, obstinément. «Route de l'oiseau» qui s'élève au-dessus des abysses imprimant son furtif sillage entre hier et demain, passerelle fragile entre l'ici et l'ailleurs, le poète lui-même se fait route. Il est ce pont, cet entre-deux : un pied sur terre et le second dans «l'autre monde», un monde obscur et immuable au «temps pétrifié», un «monde qui nous échappe».

 


A notti aspetta / La nuit attend vibre de voix muettes, de murmures et de chants que seule semble entendre l'oreille attentive du poète. Des voix qu'il sollicite aussi, qu'il tente de mettre en mots ou auxquelles il cherche  à répondre. Car ce recueil débutant par une «adresse» s'avère avant tout dialogue. Un dialogue éclairant avec l'autre monde mais aussi avec les oeuvres d'autres poètes, la majeure partie de ces poèmes  étant introduits par une citation. Un dialogue dont le je, «pétri de tous les hommes», s'efface le plus souvent devant le nous car le poète, né des mots «de tous les temps» prête sa bouche «au monde entier».

Modestie encore de ce dernier quand, tel un enfant tentant de «jeter un petit rien», il jette ses vers «comme des gouttes d'eau». Des gouttes s'additionnant les unes aux autres qui peut-être feront naître «une lueur faible et (...) ténue / Mais une lueur tout de même». «Sait-on jamais ?»

 

Un beau recueil, peut-être un peu trop foisonnant, dont j'avoue ne pas avoir bien saisi la cohérence de la structuration et dans lequel je n'ai malheureusement pas pu rentrer totalement.

Il m'a notamment été parfois difficile de faire coïncider pleinement le sens des citations en exergue  - souvent elliptiques et renvoyant majoritairement à un répertoire peu connu - et celui qui me semblait émaner du poème. Et je me suis sentie alors exclue d'un dialogue de poète à poète.

 

 

 

De cette partielle non-rencontre naquit un échange avec Norbert Paganelli


Sans doute étais-je peu réceptive et me suis-je trop fixée sur ces citations  qui ne sont pour lui  que des "saluts fraternels" adressés  aux poètes. Et si ces vers sont "probablement à l'origine du texte présenté, le rapport n'est pas toujours évident" car "le texte est resté en sommeil un certain temps, il a ensuite été modifié, gratté, enrichi, lavé [et] parfois des éléments d'un autre texte sont venus s'y adjoindre", l'auteur ayant "l'habitude de procéder comme un peintre qui modifie le jet primitif". Il reste que "l'étincelle qui l'a fait naître demeure".


Il m'a surtout d'emblée manqué une clé car l'épigraphe du livre  «Pour le lointain pays d'où sont venus mes pères soupire / mon âme dans la prison de son corps» "éclaire certains aspects de l'ouvrage". Mais la citation de C. Mac Kay, ce poète jamaïcain au nom gaélique inconnu de moi, ne pouvait m'évoquer l'Afrique, alors que pour l'auteur "le peuplement originel de la Corse est d'origine africaine et c'est bien là l'un des problèmes de la Corse actuelle: celui de ne pas admettre l'externalité de ses origines ! " Une citation qui  personnellement me renvoyait uniquement au mystère des origines de l'homme.


Je n'ai donc pas décelé toute la dimension corse de ces textes – et notamment les références à la langue - , me situant sur un plan beaucoup plus large.

Norbert Paganelli tente toujours dans ses poèmes "de faire sentir que ce qui est ici est aussi ailleurs, que l'aire culturelle qui est la [sienne] n'est qu'une partie de l'ensemble et rien de plus" et c'est peut-être aussi ce  non-enfermement  insulaire qui m'a fait délaisser trop la partie pour ne voir que l'ensemble !


 

norbert-paganelli-2.jpg

A notti aspetta / La nuit attend, Norbert Paganelli, poèmes en langue corse traduits par Dominique Colonna, Colonna édition, Mai 2011, 137 p.

 


 

EXTRAITS : 

 

(  http://www.invistita.fr/)

 

Adrizzu

Fètila senta sta boci chì mai ùn parla
Boci ammutulita cascata in a vadina
Boci svrimbatoghja cuddata versu i punti
Boci serena cantendu pianu pianu

Chì vi ci voli par fà
Ciò chè vo t’aveti à fà
Una boci più maiò
Un’di sti boci carca à steddi
Vistuta di seta cuparta d’oru

Di tutti quiddi bisognu ùn avemu
Tantu chè ci ferma sta boci muta
Quidda chì dici ciò ch’ùn vulemu
Quidda chì parla quand’è i labbra si strìgnini

Quidda chì sempri si chjama boci
Senza u batesimu di a noscia parolla
 
Adresse

Faites la entendre cette voix qui jamais ne dit mot
Cette voix perdue dans le fond du ruisseau
Voix de fêlure réfugiée sur les hauteurs
Voix sereine qui berce en chantant

Que vous faut-il pour faire
Ce que vous devez accomplir
Une plus grande voix
Une de ces voix à la traîne étoilée
Vêtue de soie couverte d’or

De tout cela nous n’en avons cure
Tant qu’il nous reste cette voix muette
Celle qui raconte ce que nous ne voulons pas
Celle qui parle lorsque la bouche se ferme

Celle qui porte encore le nom de voix
Sans avoir reçu l’onction de notre verbe


Avemu dittu

Cì hè calcosa chì trimulighja
Eppò tuttu si perdi
I parolli vani par culà
A fica idda si ni stà quì
Ci hè stu pratu chì s’appri
A tarra chì si spirda
È u lumu attacatu à l’ombra
Chì ci lenta un suspiru

Eccu avali chè a stedda affaca
Ùn ci hè chè notti
Par pudècila purtà
 
Nous avons dit

Il y a quelque chose qui tremble
Et puis tout disparaît
Les paroles  vont par là
Le figuier lui s’en reste ici
Il y a le pré qui s’ouvre
La terre qui s’affole
Et la lumière à la traîne de l’ombre
Qui nous accorde un soupir

Voici maintenant que  se montre l’étoile
Il n’y a que la nuit
Pour pouvoir nous l’offrir

Zidda è zuddu

 
« …nantu à un zuddu ammutulitu
induva u sonnu camineghja »

                                  Maria Paula Lavezzi


A zidda chirchinàia calda buddenti
Cascàiani fora i parolli arrutati
Purtati da ventu pizzicaghjolu

Quì era stu tempu stantaratu
Senza appoghju di li mani
Senza chjappedda è chjoda ancu di menu

Hè cusi chè zidda ùn era chè zuddu
Di l’altru mondu
Agguantatu à l’appiatu
Una sera dopu cena
À li primi ghjorna di lu mesi
Di nuvembri


L’âtre et le seuil

   « …sur un seuil silencieux
      où passe le sommeil »

                             Marie Paule Lavezzi


L’âtre gémissait dans sa fièvre
Dehors pleuvaient les mots cinglants
Portés par la bise piquante

Ici règnait ce temps pétrifié
Qui tenait sans l’aide d’une main
D’une brique ou d’un clou

Voici pourquoi l’âtre n’était que le seuil
De l’autre monde
Capturé furtivement
Un soir après dîner
Aux premiers jours du mois
De novembre




 

Publié dans Poésie

Commenter cet article

roland bussone 20/10/2011 20:54



Oui, c'est bien agréable se percevoir que malgré nos grandes différences - apparentes - nous sommes reliés avec d'autres par des idées, des valeurs, des choix, des expériences communes.


Bien à Vous, Norbert



norbert paganelli 17/10/2011 09:48



Mais vous avez parfaitement raison de citer ce beau poème Roland ! C'est très exactement ce que je pense (dit d'une autre manière). La glaise, dans mon esprit, c'est l'ensemble des contraintes
mentales ou physiques qui nous restreignent au plutôt qui restreignent la partie matérielle de ce que nous sommes mais nous sommes aussi autre chose...Il y a en tout homme, une entité, qui peut
être dénommée de diverses manières et le fait communiquer avec l'univers tout entier. La création, la réflexion, la méditation et bien d'autres choses encore peuvent nous faire sortir de nos
étroites limites et c'est fort réjouissant ! Dans la glaise la plus infâme il peut y avoir une poussière d'étoile et les étoiles, elles-mêmes, sont aussi composées de glaise...


 


Sentiments amicaux



roland 16/10/2011 22:23



mercid'avoir donné une réponse à mon commentaire. Je ne m'y attendais pas et c'est une heureuse surprise. Ce que vous écrivez "les pieds dans la glaise" peut être vu sous un aspect négatif, comme
si l'on est empétré dans la glaise, ou encore c'est la glèbe qui colle aux pieds, et qui empêche d'en sortir. mais cette expression me fait penser aussi au fait que dans certaines pratiques
extrême-orientales, comme le Taï Chi ou le Qi Gong, on dit que l'on a les pieds enracinés dans la Terre et la tête au Ciel, ce qui a un tout autre sens. Permettez-moi de vous offrir le poème -
hélas, en traduction française et non en version chinoise - dont on dit qu'il agit dans la pratique du Qi Gong de la Sagesse :


Toucher le ciel


S'enraciner dans la Terre.


Le corps détendu,


L'esprit calme.


Respect à l'extérieur,


Sérénité à l'intérieur.


Coeur limpide,


Humble d'apparence.


Libre de pensées


Mon esprit s'envole dans l'Azur,


Et revient se poser sur moi.


Agréable sensation de bien-être.


 


Il y a beaucoup à entendre dans ce petit poème, car il est loin d'être anodin.



norbert paganelli 14/10/2011 09:01



Merci pour votre appréciation, Roland. Je crois que si l'on part d'un point précis, lorsqu'on écrit un poème, on vise en fait l'universalité. Qu'on le veuille ou non , nous avons les pieds dans
une sorte de glaise et il ne sert à rien de vouloir l'ignorer. En en tenant compte, en admettant notre vue partielle et limitée nous avons quelques chances de toucher les autres précisémment
parce que nous sommes allé au fond de nous-mêmes. Si j'ai choisi de m'exprimer dans cette langue corse que j'ai intégrée dans l'enfance, ce n'est pas pour m'y enfermer mais pour tenter de dire ce
que je n'aurais peut-être pas dit dans la langue policée et normée apprise à l'école. Ce matériau brut me séduit et j'espère que la traduction qui en a été faite en séduira d'autres. C'est tout
mais c'est déjà énorme. Je suis ravi que ces quelques textes aient pu vous toucher.


Très cordialement


 


N.Paganelli



roland 12/10/2011 22:45



Même si mon ignorance du contexte et des références est TOTALE - et pourquoi pas peut-être : grâce à cette ignorance - il y a dans chacun des ces trois poèmes que tu cites des choses qui me
parlent et qui peut-être parlent à d'autres qui sont dans mon cas, et c'est en quoi ces poèmes ont une portée universelle, des poèmes s'adressant à l'Humanité en général. C'est peut-être là où
diffèrent le journal intime et la poésie. Et s'il y a d'autres lectures possibles et non exclusives, c'est tant mieux encore.