A propos de Ô Maria, de Anouar Ben Malek

Publié le par Emmanuelle Caminade

 

Sur son site "Réflexions et commentaires" , Wah Fkir  qui prétend dénoncer l'intoxication, présente l'écrivain algérien Anouar Ben Malekcomme "le génie sorti de la bouteille de l'ingénierie sociale du MOSSAD" ! Et il donne un aperçu de la "décrépitude de ce retardé bégailleur et de sa profanation des plus hautes valeurs révérées par les musulmans" en  dirigeant ses lecteurs vers ma chronique sur Ô Mariapubliée à la fois sur Mediapart et sur ce blog. 

Dans son roman Ô Maria,  ce "faussaire"  omettrait "le fait majeur que les criminels derrière l'Inquisition seraient des Marranos, juifs convertis".

 

Cela relève vraiment  d'une tentative d'intoxication de la part de celui qui prétend la dénoncer !

L'inquisition espagnole s'attaqua en effet d'abord aux Marannes (juifs convertis), puis aux Morisques (musulmans convertis) et, à l'apogée de sa puissance, elle combattit avec le même zèle  les  deux communautés. Plus tard, s'ajoutèrent aux Morisques les protestants mais la lutte contre les  "judaïsants" ne sera jamais abandonnée ...



Aux dires de ce blogueur, "des milliers de spécialistes de l'édition" seraient à l'oeuvre dans les "laboratoires du MOSSAD" pour faire produire "des best-sellers littéraires" par des "intellectuels de terrasse" manipulés . Et donner en lien ma chronique , c'est sous-entendre que les chroniqueurs qui rendent compte de ces oeuvres littéraires sont aussi des "mulets" , des ânes à la pensée subvertie participant involontairement au complot...



De grâce, ne mêlons pas la littérature aux manipulations idéologiques et politiques !



Publié dans Bilan - réflexion...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article