"Mon couronnement", de Véronique Bizot

Publié le par Emmanuelle Caminade

Mon couronnement

Mon couronnement est le titre d'une longue nouvelle au sujet original, au ton singulier et à la chute habile. Et on ne peut que déplorer le parti pris d'Actes Sud de nous la présenter comme un roman* car on en termine la lecture frustré alors que le talent de Véronique Bizot n'est pas en cause.

 

Dans ce joli texte, l'auteure traite de la vieillesse comme d'un écho amplifié de l'absurdité de l'existence et de la solitude des êtres. Et elle le fait dans un style très fluide , avec beaucoup de légèreté et d'humour, sur un ton détaché et décalé très savoureux.


Le héros et narrateur est un vieux scientifique à la retraite qui, enfermé dans son laboratoire, s'est longtemps  "acharné" à chercher à comprendre "comment ça ne marchait pas" , non pour justifier l'incohérence du monde mais simplement pour échapper au "sentiment de l'absurde". Il faut bien  "s'accrocher" à quelque chose !

Arrivé au terme de sa vie, il s'est retiré dans son appartement de la rue Saint Lazare dans la seule compagnie de sa fidèle gouvernante, Mme Ambrunaz. Un jour, il y apprend qu'il vient d'être récompensé pour des travaux anciens dont il a oublié l'objet. Avec l'aide de Mme Ambrunaz, il se prépare alors à affronter la cérémonie de remise du prix...


A travers ses bribes de souvenirs et les quelques détails dérisoires qui peuplent désormais son univers, nous découvrons progressivement l'étendue de la solitude de ce charmant vieillard totalement extérieur et indifférent au monde qui, n'ayant jamais réussi à l'investir, n'a pas grand mal à lâcher prise .

L'heure du couronnement approche, comme celle de la mort, mais l'événement qui survient n'est jamais celui qu'on attend....


Une nouvelle qui donne envie de découvrir les deux précédents livres d'une auteure qui semble exceller dans ce genre littéraire. Véronique Bizot  a en effet  écrit  un premier recueil de nouvelles remarqué, Les Sangliers, paru chez Stock en 2005 (Livre de poche, 2007) et couronné par le prix Renaissance de la nouvelle 2006. En 2008, Actes Sud a publié son deuxième recueil, Les Jardiniers.


*En tant que nouvelle, ce texte est excellent mais en tant que "roman", on peut reprocher à Véronique Bizot un traitement plutôt superficiel des thèmes abordés et un manque d'épaisseur des personnages secondaires...

 

Véronique Bizot

Mon couronnement, Véronique Bizot, Actes Sud,  janvier 2010, 107 p. 13 €


EXTRAIT:

p.29/30


(...) J'avais le journal du jour à la main et je soulevais des coussins, des papiers, des piles de choses, lunettes introuvables, vieillir, me disais-je, c'est chercher ses lunettes, s'irriter de les chercher, s'irriter de la nécessité des lunettes, je fouillais mes poches pour la énième fois, je possède maintenant, me disais-je, deux paires de ces lunettes mais en posséderais-je cinq que ça ne changerait rien, qu'il me faudrait encore passer tout ce temps à les chercher,  et, les cherchant, je pensai à mon ami Alvaro, à ses propres lunettes toujours à portée de sa main, pendouillant au bout d'une chaînette dorée, la chaînette à laquelle je me refuse, c'est pourtant le seul moyen, affirmait Alvaro, enchanté de sa chaînette, et de l'existence en général, ce pour quoi naturellement je l'enviais autant que je m'en agaçais , cette aptitude à s'enchanter de presque tout, enviable et grotesque, il n'empêche qu'Alvaro est mort , probablement avec cette chaînette autour du cou, s'est effondré sur le carrelage de la salle de bains, au premier étage de sa maison, nu, arrêt cardiaque, alors qu'il s'apprêtait à grimper dans sa baignoire, la baignoire a continué de se remplir , on a pu voir, le jour de l'enterrement, le plafond de son salon imbibé de l'eau du bain qu'il n'a finalement pas pris, les cloques, les traînées jaunâtres, chacun se donnant un mal fou pour ne pas regarder ce plafond.

(...)

 

Publié dans Micro-fiction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article